Plus au sud, en Algarve

Christophe

Plus au sud, en Algarve
Article #sacàdos
Dans cet article sac à dos, nous avons mis plein d'informations super intéressantes et nous y avons raconté notre vie... Du coup, il est un petit peu plus long que d'habitude mais ça vaut le coup ! 😏
Bref, un article #sacàdos est à lire et à relire à ton aise, posé avec un thé glacé !

Après notre weekend dans la capitale portugaise, nous longeons la côte jusqu’au sud, en Algarve.

Jour 60

Ce matin, nous quittons Lisbonne et ses petites rues escarpées qui nous ont tant baladés. Il fait calme, le weekend est terminé et le 5 octobre est un jour férié national ici. Nous retrouvons la voiture où nous l’avions laissée et nous quittons la ville en empruntant le fameux pont aux airs de Golden Gate Bridge. Nous avons pris le pari de continuer une expérience qui a bien fonctionné en France : utiliser un maximum le réseau routier secondaire et éviter les autoroutes. Dans cette idée, au lieu de foncer directement en Algarve comme la plupart des voyageurs le font, nous longeons la côte en quelques jours.

Et nous sommes tout de suite récompensés en arrivant dans le Parque Natural da Arrábida, qui est une réserve naturelle offrant une vue superbe sur l’océan d’un côté et sur la ville de l’autre. L’endroit vaut vraiment le détour et il faut garder les yeux bien ouverts (un sur la route, l’autre sur la beauté du lieu, pas simple !) parce que les endroits pour s’arrêter ne sont pas nombreux mais il y a tant à voir. Certaines portions de routes nous rappellent un peu la Réunion, la Corse où les parcs nationaux américains.

En contre bas, le parc possède aussi quelques plages dont certaines semblent être accessibles uniquement en laissant sa voiture à moitié sur la route puis en descendant la falaise. On opte pour une plus facile d’accès dont le parking est gratuit aujourd’hui car férié. Cela nous laisse quelques temps pour profiter de la chaleur d’octobre, encore bien présente au Portugal avant de reprendre la route vers Vila Nova de Milfontes, qui sera notre base pour les 2 prochains jours.

L’adresse exacte du logement semble inconnue du GPS et autres applications que nous avons, mais on se dit que ça ne devrait pas être si compliqué de trouver par nous-mêmes. Arrivés sur place, nous trouvons une jolie petite ville avec un gros problème : tout se ressemble très fort ! Les maisons sont divisées en lotissement, qui sont numérotés dans un ordre que nous ne comprenons pas vraiment et les bâtiments sont blancs avec des touches de jaune ou de bleu… On peut déjà éliminer la moitié des bâtiments, nous savons que le nôtre est jaune ! Mais cela ne suffira pas et nous devons nous résigner à un appel à l’aide à notre hôte qui viendra nous rejoindre et nous montrer la route. On n’était pas loin, mais on aurait encore pu chercher des heures ! 😅

Jour 61

Aujourd’hui, petite journée, nous avons profité du logement ce matin : un bain, chose que nous n’avons plus vue depuis plus de 2 mois ! 😁 Nous allons voir la vieille ville de Sines, sur la côte Ouest pile entre Lisbonne et l’Algarve. Sines c’est aujourd’hui un grand port et une grosse ville construite autour d’un château et de quelques rues historiques. Nous commençons par nous trouver de quoi manger, un assortiment de samoussas, nems et empanadas, puis nous nous posons sur la plage pour goûter ça au soleil. La plage est vide, le soleil bien présent et la nourriture excellente ! Nous nous baladons ensuite dans les rues de Sines et sur les remparts du château.

Nous redescendons ensuite vers Porto Covo, toujours en longeant la côte et nous voyons de jolies criques, accessibles via des escaliers à même la falaise. A nouveau, elles sont vides ce qui les rend encore plus superbes.

Nous terminons la journée sur une plage, proche de Vila Nova de Milfontes, Malhão, accessible par un long chemin de pierres puis par des escaliers en bois pour descendre la falaise qui l’entoure. C’est magnifique, les plages de la région sont presque vides et invitent à se détendre et à profiter de la vue. Nous repartons peu avant que le soleil se couche pour reprendre le chemin de pierre et rentrer. Cette fois-ci, nous avons retrouvé le logement du premier coup 😉

Jour 62

Nous quittons notre logement pour continuer à descendre la côte en direction du sud du Portugal et de la région de l’Algarve. Sur la route, nous nous arrêtons pour admirer des plages, nombreuses et sauvages (plage du phare de Vila Nova de Milfontes, Furnas…) et pour visiter quelques villes (Odemira – qui possède un très chouette point de vue, sur la route, où nous nous arrêtons pour manger – Zambujeira do Mar…) et marcher un peu le long des côtes, du côté du « Farol do Cabo Sardão ». Le soleil cogne fort, il fait chaud et il n’y a pas un nuage et les villages sont souvent construits sur des petites collines, on ne se plaint pas, c’est beau, mais qu’est-ce que c’est chaud quand même ! 😜

Nous nous arrêtons également du côté des plages : « Praia do Carvalhal » qui est traversée d’un petit cours d’eau et Odeceixe.

Nous terminons notre route, avant d’arriver à notre logement pour les prochaines nuits, par un refuge pour ânes appelés « burros e artes » (ânes et arts) qui propose des balades guidées, des treks de plusieurs jours en compagnie d’ânes ou des ateliers d’arts (poteries, peintures, etc). Bien sûr, nous n’avons rien réservé et nous nous pointons un peu par hasard, dans l’espoir d’apercevoir quelques animaux aux longues oreilles. Nous tombons sur une dame qui est occupée et qui nous demande si nous cherchons quelque chose, nous disons que nous voulions juste voir quelques ânes et elle dit qu’ils sont fermés. Dans un réflexe, je demande poliment s’ils n’ont pas besoin d’aide et, contre toute attente, il faut l’avouer, elle accepte ! En plus, elle est seule aujourd’hui et a encore pas mal de boulot, donc elle nous accueille à bras ouverts : nous voici donc occupés à ramasser du crottin d’ânes au plus près et au milieu de ces animaux que nous espérions apercevoir de loin. Nous avons droit à quelques explications sur le fonctionnement du lieu et sur l’histoire de certains de ces 19 ânes, qui ont chacun leur petit caractère. Nous n’avons malheureusement pas retenu le nom de chacun d’eux, mais c’était vraiment une très chouette expérience, bien inattendue pour le coup et nous avons adoré ce moment, en plus de la satisfaction de s’être rendus utiles !

Jour 63

Nous nous mettons en route pour atteindre le point le plus au sud-ouest de toute l’Europe : le Cap Saint-Vincent (Cabo de São Vicente) et sa vue incroyable sur l’océan, les falaises et son phare.

Nous nous posons ensuite sur la Praia do Beliche, accessible via de nombreuses marches en pierre où sont placés des bancs à certains endroits. La plage est encore une fois magnifique, entourée de falaises et assez grande pour accueillir du monde, sans se sentir écrasé. Lire sur ces plages au son de l’océan est vraiment reposant. Il est maintenant temps de remonter ces marches, on comprend mieux la présence des bancs.

Nous rentrons au logement pour profiter de la piscine (bien fraiche) et des transats que nous avions aperçus hier… quel luxe par rapport à certains de nos derniers logements ! Nous avons également la chance d’avoir un barbecue à disposition alors, ce soir, nous en profitons !

Jour 64

Le temps était un peu voilé, ce matin et presque frais (on s’entend bien, il fait toujours chaud mais un peu plus respirable). Nous profitons de ce temps pour nous mettre en route pour une petite randonnée des sept vallées suspendues (Percurso dos Sete Vales Suspensos). Le temps d’arriver au point de départ, il fait 30° mais nous ne baissons pas les bras et entamons cette randonnée qui longe le littoral à flanc de falaise depuis la Praia do Vale de Centeanes jusqu’à la Praia da Marinha. Dès le début, après avoir monté les marches qui mènent en haut de la falaise depuis la plage, nous avons droit à une vue magnifique sur l’océan bleu, les falaises ocres, complétés par le vert de la végétation. Nous avons même droit à des dauphins qui passent au loin. Cette balade est magnifique et la vue est impressionnante tout le long. Le chemin passe par des plages creusées dans la roche par l’érosion de l’océan, par des phares et par des « trous de cheminées » qui donnent sur des grottes uniquement accessibles via l’océan. De nombreux bateaux longent d’ailleurs la côte pour visiter ces grottes, parfois dans un bruit qui jure un peu avec le calme des lieux.

Nous nous arrêtons un moment pour nous poser sur la Praia do Carvalho, accessible via un escalier creusé dans la roche (encore faut-il le trouver). Et nous terminons la balade au niveau de la plage de Benagil, juste à côté de la grotte du même nom, la plus connue et la plus visitée de la région. Nous optons pour un Uber pour nous repousser jusqu’à la plage de départ où nous attend notre voiture.

Nous terminons la journée près de la piscine de notre logement, fiers d’avoir fait une partie de cette randonnée.

Jour 65

Voilà encore une belle journée pour profiter de la plage ! Nous nous mettons en route pour trouver la Praia do Camilo, qui n’est pas très loin de notre logement et quand nous arrivons, nous tombons sur la plus belle plage que nous ayons vue jusqu’à présent dans la région. Un escalier en bois de 200 marches descend vers cette plage de sable fin, l’océan a une couleur dingue et des formations rocheuses aux belles couleurs sont là, partout autour de nous. Un tunnel a été creusé dans la roche pour amener à une plage à côté, bref l’environnement est magnifique et il fait toujours aussi beau et aussi chaud. Bien sûr, nous ne sommes pas les premiers à découvrir cette plage et il y a déjà du monde, mais nous parvenons à nous trouver une place au soleil.

Je fais une tentative de snorkeling, tentative annulée pour cause d’océan vraiment glacial… tellement glacial que cela donne l’impression que la circulation est coupée. Je me rassure en voyant la grimace sur le visage des autres personnes qui tentent également une petite tête 😊

Jour 66

Nous avons reçu un email tard hier soir qui nous prévenait qu’il y avait de la place, ce matin, pour une activité de kayaking – découverte des grottes – accompagné d’un biologiste marin. Nous n’avons pas hésité longtemps et nous levons tôt ce matin pour faire la route et être à l’heure.

Arrivés sur place, nous avons à faire à 2 joyeux lurons, en pleine forme, qui vont guider notre petit groupe à travers ces fameuses grottes dont on entend parler depuis que nous sommes en Algarve. La balade commence par une file de kayak attachés les uns aux autres, et nous sur l’un deux, tractés par un petit bateau à moteur qui nous emmène bien plus loin, le long des falaises. Comme nous ne devons pas encore pagayer, cela nous laisse le temps d’admirer les hautes falaises qui forment le littoral, depuis la mer. Un point de vue complètement différent de celui que nous avions eu lors de la randonnée des sept vallées et tout aussi impressionnant.

Arrivés plus loin, les kayaks sont détachés et nous voici à présent seuls maitres de notre destins, pagayes bien en main ! La balade est très agréable et nous passons entre des rochers, nous allons voir au plus près des falaises et nous entrons dans des grottes uniquement accessibles depuis la mer.

Nous suivons le guide qui nous explique la formation de ces grottes, l’origine des différentes couleurs qu’on voit sur les falaises, pourquoi l’eau est très salée de ce côté-ci, quels sont les animaux qu’on peut voir et pêcher, etc. C’est très agréable et super intéressant ! Après avoir visité quelques grottes et déjà bien pagayé, nous faisons une pause sur une plage déserte, accessible uniquement via la mer. Le sable est fin, l’eau est transparente (et toujours aussi froide) et l’impression d’être les premiers à débarquer est bien présente (même si nous savons que ce n’est pas le cas, évidemment). Ils ont emporté des planches de paddle et je réessaie, mais le résultat est aussi catastrophique que les dernières fois, l’équilibre sur l’eau n’a toujours pas l’air d’être mon fort 😊

L’avantage de faire cette excursion en kayak et pas en gros bateau à moteur est que nous pouvons passer par des endroits plus petits, de profiter du calme des lieux et de mieux ressentir l’océan et ses vagues. Nous n’avons pas été déçus ! La dernière grotte que nous visitons est uniquement accessible à marée basse et contient une superbe petite plage tout au fond. Une belle surprise pour terminer ce tour.

Fatigués mais contents d’avoir vu tout ça, nous nous rattachons avec les autres kayaks pour être tirés par le bateau sur les derniers mètres pour rentrer… et c’est à ce moment-là que notre kayak décide de se retourner ! Je te parlais de mon équilibre sur l’eau, belle démonstration à nouveau 😊 Après avoir été repêchés et ramenés à la plage, nous profitons de la chaleur pour trainer sur le sable et sécher avant de rentrer.

Jour 67

Aujourd’hui, nous faisons route vers Faro. Nous nous arrêtons sur le chemin pour une petite balade au sein d’Albufera, côté vieille ville. Nous avions repéré un petit restaurant, pas cher du tout, avec vue sur l’océan où nous nous arrêtons. Le budget d’un tour du monde ou d’un voyage au long cours, n’est pas géré de la même manière qu’un budget de vacances de 2 semaines : il faut réussir à économiser là où c’est possible pour garder le contrôle de montant total et pouvoir continuer à voyager. Cela se fait forcément selon les priorités de chacun, ainsi que les différentes « priorités » imposées : le COVID étant là, nous privilégions les airbnb où nous sommes seuls pour ne pas contaminer et être contaminés et cela a un petit coût supplémentaire. Pour revenir aux restaurants, nous mangeons en général très simplement et très peu à l’extérieur et donc très peu cher. Mais de temps en temps, nous nous permettons un petit extra qui fait bien plaisir ! 😊 Ce restaurant avec sa vue sur l’océan et sur la plage d’Albufera a été un délicieux petit extra !

Nous cherchons ensuite la Ria Formosa, célèbre parc naturel qui s’étend sur un peu près 60km le long de la côte du côté de Faro et alentours. Il y a plusieurs résultats quand nous cherchons sur la carte et nous prenons le premier… Cela nous a amené dans un quartier appelé Quinta Da Lago, quartier complètement approprié par une chaine d’hôtels et par des personnes fortunées, où tout est luxe et démesure ! Pendant un court instant, on se croirait du côté des villa de stars à Los Angeles tellement la différence est énorme avec tout ce qu’on a pu voir du Portugal pour l’instant. Des villas énormes sont construites, des statues et fontaines sont posées dans les jardins, les voitures sont toutes aussi énormes et un centre commercial, n’arborant que des marques qu’on ne peut se payer (même avant le voyage) et le tout est construit sur un immense terrain de golf à l’herbe bien verte. Inutile de dire que l’accès principal à Ria Formosa n’est pas ici et que l’accès qui va vers la plage est privé et réservé aux personnes logeant sur place. On s’éclipse rapidement.

Ce soir, nous essayons d’imaginer également la suite du voyage, avec le COVID toujours bien présent et nous nous lançons dans une mission recherche de tickets, réservation de billets d’avion mais qui semble échouer au dernier moment, mais qui semble avoir un peu réussi quand même, bref nous ne savons pas trop ce qu’il en est… Il est malheureusement trop tard pour appeler la compagnie aérienne, nous verrons cela demain.

Jour 68

La journée démarre tôt, nous avons été réveillés toute la nuit par des aboiements de chien. Nous décidons donc de contacter la compagnie aérienne pour vérifier la réservation et malheureusement il y a eu un problème technique (encore une fois l’informatique…) et non seulement tout est à refaire mais en plus, les tarifs réservés la veille ne sont plus disponibles, cela a presque doublé et ils ne peuvent malheureusement rien faire de plus pour nous aider, c’est comme ça, pas de bol… Du coup, on cherche de notre côté et on trouve une solution où la différence n’est pas trop grande. On a des billets, mais rien n’est encore certain à l’ère du COVID, qui sait si les destinations seront encore ouvertes et non-confinées au moment où nous devrons nous y rendre ? L’incertitude fait partie de cette aventure ! 😊

On continue la journée par une petite visite de Faro. On doit l’avouer, les villages portugais sont très beaux, mais ils se ressemblent quand même 😊 Du coup, nos visites de villes ne sont jamais très longues et nous préférons profiter de la nature, beaucoup plus variée et tout aussi présente. Nous cherchons à nouveau le fameux parc naturel Ria Formosa qu’on nous a beaucoup conseillé, mais en nous étant renseigné un peu plus cette fois-ci pour trouver l’entrée. Avant d’y arriver, nous passons par la petite ville de Olhão très surprenantes : de nombreux murs sont peints de beaux graffitis, il y a même une ancienne église en ruines et qui est recouvertes de beaux tags (et qui vient de dire que les villages portugais se ressemblaient tous hein ?!).

Nous arrivons ensuite au Ria Formosa, la vraie entrée cette fois-ci et après nous être acquittés de la modique somme demandée pour l’entrée (2.80€ par personne), nous voici partis à la recherche d’animaux (il parait qu’on peut trouver des caméléons) et à la découverte de ce parc naturel entre forêts, étangs et océan, chemins de terre et caillebotis. Nous n’avons pas réussi à apercevoir un caméléon, et pourtant nous avons cherché attentivement de toutes nos forces, mais sans succès. Même sans cela, le parc naturel est très beau et vaut vraiment le détour, de nombreux oiseaux profitent du soleil et les espaces sont magnifiques. Et puis, qui sait, tu auras peut-être plus de chance que nous ?! 😊

Nous continuons la journée en faisant un peu de shopping. Ca fait longtemps, déjà avec le COVID, mais en plus nous n’en faisons jamais car nos sacs sont petits et nous ne pouvons pas y ajouter beaucoup de choses… et apparemment nous avons perdu le coup de main car nous ne trouvons rien de très intéressant à part une spécialité locale, une sorte d’énorme cinnamon roll – excellent ! 😊

Nous terminons la journée sur la plage de Faro, immense, ensoleillée et pratiquement vide ! A l’inverse de toutes les plages portugaises que nous avons vues jusqu’ici, elle n’est pas enserrée entre des falaises et s’étale à perte de vue.

Notre séjour dans le sud s’achève, nous reprendrons bientôt la route pour remonter rapidement vers le nord avec quelques belles surprises sur la route ! L’Algarve est magnifique et nous a donné une belle dose de vitamine D grâce à son soleil perpétuel !