Dernière semaine en Martinique

Christophe

Dernière semaine en Martinique
Article #sacàdos
Dans cet article sac à dos, nous avons mis plein d'informations super intéressantes et nous y avons raconté notre vie... Du coup, il est un petit peu plus long que d'habitude mais ça vaut le coup ! 😏
Bref, un article #sacàdos est à lire et à relire à ton aise, posé avec un thé glacé ou un chocolat chaud !

Cette semaine devrait être la dernière, pour nous, dans les antilles ! Raison de plus d’en profiter ! 😎

Jour 155

On profite du dernier jour complet dans notre logement pour repartir vers le sud : le prochain point de chute sera un peu plus au nord.

Notre premier arrêt se situe au Cap 110. Il s’agit d’un mémorial consacré à l’esclavage et situé à l’Anse Cafard, lieu où a eu lieu le dernier naufrage de navire négrier. L’orientation, à 110° – vers le Golfe de Guinée, origine probable du bateau – a donné son nom à ce mémorial. Un lieu plein d’Histoire et de symbolique.

Nous poursuivons avec la Maison du Bagnard, juste à côté. Cette minuscule bicoque très colorée aurait été habitée pendant une dizaine d’année par son créateur, revenu du bagne en Guyane. La vue est en tout cas magnifique avec le Rocher du Diamant en toile de fond.

Nous continuons notre route qui nous mène à la petite bourgade colorée des Anses-d’Arlet. Il s’agit de l’un des lieux les plus connus et les plus photographiés de Martinique grâce à son ponton donnant sur la belle église Saint-Henri. Nous avons eu un peu de chance, il n’y avait pas grand monde au moment de notre photo, prise juste avant qu’un bateau débarque un groupe assez nombreux 😊

Nous continuons toujours à parcourir les routes, assez sinueuses de ce côté-là, et nous trouvons une place de parking du côté des Anse Dufour et Anse Noire. Il s’agit d’un lieu assez connu pour l’observation des tortues marines, des panneaux rappellent d’ailleurs les bonnes pratiques pour les embêter le moins possible durant l’observation. Arrivés sur la belle plage de sable blanc de l’Anse Dufour, on se rend compte du monde, à la fois sur le sable mais également dans l’eau… Nous ne nous rajouterons pas à cette pression ici.

Nous remontons pour nous diriger vers l’Anse Noire en faisant un petit détour par un chemin qui descend pour donner un point de vue sur la falaise entre les deux anses. L’océan est magnifique et personne à l’horizon, nous nous posons pour manger un bout.

Quand nous arrivons à l’Anse Noire et sa plage de sable noir volcanique, nous constatons qu’il y a beaucoup moins de monde et personne dans l’eau. Je me mets à l’eau à la recherche des tortues mais la visibilité n’est vraiment pas très bonne… malgré cela je tombe, un peu par hasard, sur une tortue en train de brouter un herbier. Et voici la première tortue martiniquaise observée !

Jour 156

Après avoir refait nos sacs, rangé et nettoyé le logement, nous sommes en direction de la capitale, Fort-de-France, pour dénicher son street art. Comme d’habitude, nous privilégions le dimanche pour visiter les plus grosses villes afin de bénéficier d’un peu plus de calme, d’une circulation plus fluide et du parking gratuit.

Avant même de nous parquer, nous apercevons de nombreuses œuvres sur les murs et nous constatons très vite que le street art, ici, est riche, coloré et omniprésent sous des formes très diverses. pour commencer, nous nous baladons du côté du quartier historique et ses rues quadrillées.

Après un petit lunch du côté du fort et de sa vue sur la mer des Caraïbes, nous continuons la visite autour de la Place de l’Abbé Grégoire. Nous terminons enfin notre parcours du côté du quartier du port où de nombreuses fresques murales sont présentes.

Cette visite nous aura permis de découvrir le street art martiniquais plus en détail mais également de parcourir les différents quartiers de Fort-de-France.

Nous poussons ensuite le chemin jusqu’à Saint-Pierre, où nous avions repéré un glacier. Chance, il est ouvert ! Le choix n’est pas simple tellement les goûts sont nombreux et originaux ! Ce sera une boule « riz au lait (cannelle et citron vert) » et une autre « vanille / brisures de biscuits » pour moi et « cannelle + vanille pacane » pour Marie. Mmmmmh ! 🍨

Nous terminons notre voyage en rejoignant ce qui devrait être notre dernier logement en Martinique, jusqu’à la fin de la semaine. Nous sommes accueillis par les deux propriétaires, un couple qui nous fait la visite des lieux, nous explique tout en détail et nous présente leur jardin où l’on voit des mandarines, des papayes, de la canne à sucre, des pommes d’eau… Après s’être installés, on se met aux fourneaux, au menu ce soir : riz, mangue et lait de coco !

Jour 157

Ce matin, nous continuons à préparer différentes choses pour la prochaine destination : on se renseigne pour l’extension d’assurance que nous devons prendre (une galère à payer par téléphone avec les vérifications de sécurité pour la carte de crédit), les prochains logements, la voiture de location, les règles pour rentrer, etc. Pas simple, mais on s’en sort. Quand nous finissons à peu près cela, nous nous rendons compte que notre vol a été annulé dans la matinée… Zut, retour à la case départ alors que nous avions bien avancé 😅 Mais le pire dans tout ça, c’est que nous n’avons pas été officiellement prévenus, on se rend simplement compte que quelque chose cloche sur l’application de la compagnie aérienne. Cela semblait un peu trop simple, il va falloir trouver une autre solution.

On décide de postposer la recherche à plus tard et de profiter au maximum de la journée, direction Grande Anse d’Arlet, bien motivés pour dénicher une petite tortue. Arrivés sur place, on pose nos essuies sur le sable, on s’est même trouvé un petit coin au calme et à l’ombre, le soleil tape bien fort ici. On se met à l’eau et on cherche, on cherche, on regarde bien… mais aucune tortue ! Ce n’est pas très grave, cette session de snorkeling nous aura une nouvelle fois émerveillés et nous aurons vu de nombreux poissons, dont un énorme banc, des étoiles de mer, des petits poulpes et même un poisson-lion (attention, celui-là peut être dangereux, on ne s’approche pas trop).

De retour sur la plage, c’est à peine si nous retrouvons notre essuie tellement de nombreuses personnes sont venues s’installer autour et profiter du coin d’ombre : on se met un peu plus loin pour profiter de la chaleur du soleil et sécher.

Au logement, nous nous remettons à chercher une nouvelle solution pour une prochaine destination, après la Martinique 😊

Jour 158

Branle-bas de combat, ce matin, on se met au travail pour confirmer le plan B auquel nous avions pensé hier soir, on vérifie toutes les règles de passage, les démarches à faire pour le COVID, etc. et ça nous semble jouable, pas simple, mais faisable et vu le contexte actuel c’est déjà pas mal 😅 On modifie les réservations de la veille, on annule ce qu’il faut, on réserve un RDV pour un test PCR – requis dans cette nouvelle solution – et on croise fort les doigts pour que cette fois-ci soit la bonne !

Ce genre d’organisation fait partie du voyage et est multipliée avec le COVID, les certitudes d’aujourd’hui sont les imprévus de demain et tout peut changer très vite, évoluer, un pays peut décider de fermer ses frontières, imposer un couvre-feu, les règles d’entrée ou de transit peuvent être durcies, un vol peut être modifié, annulé… Il faut savoir rebondir et être flexible pour trouver une nouvelle solution à chaque fois.

On se met ensuite en route vers Pointe du Vauclin où nous avions repéré une petite randonnée sympa. Sur la route, il pleut des cordes mais on ne se démotive pas : on va au moins jusqu’au départ de la randonnée et puis on verra ce qu’on fait. On mange un petit bout avant de commencer, puis on se met à marcher en pensant aller voir l’océan puis revenir sur nos pas… mais au fur et à mesure qu’on avance, le temps semble rester sec et même se dégager un peu ! Les K-way sont dans le sac donc on continue et au final nous ferons toute la randonnée 😊 Elle parcourt une bonne partie de la côte de la Pointe du Vauclin, passe par un hameau de pêcheurs et ses petites maisons de bois, par des petites rues bordées de villas luxueuses, par la mangrove de Trou Cochon (où une grosse fête a l’air d’avoir lieu) avant de revenir par des plaines et des champs de bananes. Sans grosses difficultés sur une petite distance de 5km, mis à part la boue qui glissait, cette randonnée vaut vraiment le coup !

Jour 159

La matinée est dédiée à continuer l’organisation de la suite du voyage, emprunt d’incertitudes comme toujours mais on ne baisse pas les bras, cela nous a souri jusqu’ici 😊 ! Nous partons ensuite faire notre test COVID, nécessaire à la prochaine étape et pour garantir tant notre sécurité que celle des pays que nous traversons. Encore faut-il réussir à trouver le lieu du prélèvement… Les adresses sont parfois un peu « floues » et même un GPS à jour a souvent du mal à s’y retrouver (on nous avait d’ailleurs déjà dit, à notre grand étonnement que les numéros ne se suivaient pas toujours de manière logique 😄). On finit par trouver, on s’enregistre et notre dossier mentionne un résultat dans une dizaine de jours… mince, on espère partir ce weekend nous ! On pose la question et on se rend compte qu’il y a eu un petit souci au niveau de l’encodage et que 2 dossiers ont été mélangés, nous aurons nos résultats le lendemain, ouf ! Le test reste désagréable, même quand c’est le 4e, mais on commence à savoir ce qui nous attend, c’est super rapide et on se remet de plus en plus vite de nos émotions.

L’après-midi, on retourne du côté de Grande Anse d’Arlet, où nous retrouvons Marie et Nitro 🐶 pour une petite randonnée boueuse et improvisée sur le Morne Champagne qui offre quelques belles vues sur l’anse. Nous discutons voyages, difficultés rencontrées, changements de programme face au COVID et, comme Marie est enseignante aussi, un peu école et différence entre l’école en France et en Belgique.

Ensuite, direction la plage pour se trouver une petite terrasse et boire un verre en regardant le soleil se coucher. Nous sommes ensuite rejoints par Mathieu, qui finit de bosser, et quelques-uns de ses collègues. On ne rentre pas trop tard, car nous devons être en forme demain !

Jour 160

On se lève tôt pour partir en direction du parking de l’Aileron. C’est de là que démarre l’un des sentiers qui grimpe vers les sommets de la Montagne Pelée. Nous avions bien vérifié la météo et un beau soleil est prévu ! On se rend bien vite compte en route que le soleil promis ne pourrait pas être au rendez-vous et qu’il pourrait être remplacé par un épais brouillard et une bonne drache. Arrivés au parking de l’Aileron, c’est confirmé, le beau et franc soleil, ce ne sera pas pour aujourd’hui !

On se met en route malgré tout, courageusement, et on débute l’ascension. Le chemin est simple, au début et la boue ne nous empêche pas trop de progresser. Mais, arrivés à mi-chemin du second refuge, et trempés de la tête aux pieds après avoir marché un moment dans ce qui ressemble de plus en plus à un petit ruisseau-cascade sur le chemin, la randonnée devient presque de l’escalade sur des rochers qui sont très glissants.

On croise de plus en plus de personnes qui redescendent à cause de la pluie et du manque de visibilité… on hésite un peu jusqu’à ce qu’on voie une dame glisser sur un rocher et se rattraper dans les buissons du côté du ravin : ça nous convainc définitivement de faire demi-tour et de redescendre prudemment. C’est pas grave, nous gardons la Montagne Pelée pour une prochaine fois et surtout dans de meilleures conditions ! 😅

Juste avant d’arriver au parking, on voit une mangouste traverser le chemin à toute vitesse, ça nous fait rire parce que nous en avions vu une aussi en redescendant de La Soufrière, en Guadeloupe. Dans l’après-midi, après une petite sieste bien méritée quand même, on reçoit les résultats de nos tests PCR : tous les deux négatifs ! Tout va bien 😊 On peut continuer les différentes démarches et documents à remplir pour passer à la prochaine destination. La suite de l’après-midi se poursuit entre démarches, repos, lectures et lessives 😉

Quand nous sommes couchés, nous entendons un bruit étrange dans le logement… En sortant de notre moustiquaire, Marie voit l’ombre d’un « gros truc voler » éclairé par la lampe torche de son téléphone… On cherche mais on ne voit rien. On retourne se coucher et quand on referme la moustiquaire, on entend un énorme bourdonnement juste à côté de nos têtes, comme une mouche géante. C’est un énooooorme papillon de nuit qui semble un peu perdu et qui virevolte dans la chambre dans un bruit terrible et en se cognant partout. Impossible de dormir avec ça autour de nous ! Après une lutte acharnée d’un bon quart d’heure, je parviens à le capturer sous un bol et à le remettre à l’extérieur, en refermant vite la porte derrière moi. On va enfin pouvoir dormir, presque sereins 😅

Jour 161

Et nous voici déjà à notre dernière journée complète en Martinique ! Une nouvelle fois, nous n’aurons pas vu le temps passer mais nous aurons apprécié chaque instant ici, profité de chaque rayon de soleil, nous nous serons émerveillés devant ces paysages si beaux et nous sommes enrichis des moments passés auprès des habitants, de la famille et des voyageurs rencontrés !

C’est bientôt fini, mais nous comptons bien profiter encore de cette dernière journée. Après avoir rangé un peu les sacs, nous nous dirigeons vers Saint-Pierre où nous avions repéré un petit café / galerie d’art avec les cousins, au début du mois. L’endroit est super sympa et vraiment stylé ! Il y fait calme et nous sommes super bien reçus. Chaque plat est expliqué et nous choisissons un tataki de thon et un carpaccio de marlin. Le dessert sera un blanc manger coco typiquement local !

Le retour est un peu plus chaotique, les routes sont bien chargées en ce vendredi fin de journée. Nous nous arrêtons pour faire les dernières courses afin d’avoir de quoi manger et grignoter pendant notre voyage des prochains jours.

Nous discutons un peu avec les propriétaires du airbnb qui sont vraiment charmants. Ils nous racontent un peu leur vie, où se trouvent leurs enfants dans le monde, les pays qu’ils ont traversés et nous recevons une pomme d’eau, un fruit d’ici. Comme nous devons laver la voiture, nous avons même droit à la lance et au jet d’eau directement ici, pas besoin d’aller au carwash, pratique et rapide !

On continue à ranger les sacs et on prend une bonne douche, nous ne sommes jamais certains de quand sera la suivante 😉

Demain, nous quittons la Martinique et nous nous embarquons dans un voyage de presque 48h qui devrait nous mener à une nouvelle destination ! La suite, dans le prochain épisode 😉

Toutes les photos de l'article et bien plus !

Où ça s'passe ?