Quelques jours en Normandie

Christophe

Quelques jours en Normandie
Article #sacàdos
Dans cet article sac à dos, nous avons mis plein d'informations super intéressantes et nous y avons raconté notre vie... Du coup, il est un petit peu plus long que d'habitude mais ça vaut le coup ! 😏
Bref, un article #sacàdos est à lire et à relire à ton aise, posé avec un thé glacé !

Jour 31 – La suite

Après la séance de snorkeling de ce matin, on boucle nos sacs. La Réunion c’est vraiment fini, cette fois 😊 Nos hôtes nous invitent pour un dernier petit verre et une dernière discussion : décidément nous avons eu énormément de chance de tomber sur eux, ils sont vraiment géniaux ! On se quitte et nous nous mettons en route vers l’aéroport pour décoller et revenir vers Paris, pour la suite de l’aventure 😊

Jour 32

Après les presque 12h de vol, masqués et dans un avion un peu plus « daté » que celui de l’aller, nous arrivons à l’aéroport de Paris-Orly pour récupérer notre nouvelle voiture de location, qui va nous accompagner pour le prochain mois et dans laquelle nous allons sillonner les routes de France. Cette fois-ci, on ne s’est pas fait avoir, on a appris la leçon de la location précédente et nous avons bien pris une catégorie Clio ou similaire pour être certains que je puisse rentrer dedans correctement ! Sauf qu’en fait, ils n’ont plus de Clio pour le moment et que dans les similaires, ils nous donnent une petite Toyota Yaris… Les sacs ne rentrent pas dans le coffre et mes jambes passent difficilement sous le volant, même avec le siège reculé (il n’est pas possible de le baisser), le volant monté et tiré à fond… Ça nous rappelle vaguement un souvenir à la Réunion tout ça. Après une bonne heure de bonne discussion avec eux parce qu’on n’a pas envie de passer aux tarifs supérieurs et de recevoir une grosse BMW, ils finissent par nous trouver une Clio disponible et tout rentre dedans : les sacs et les jambes. On les a bien embêtés, je pense, mais on a réussi à trouver notre petit navire de découverte !

Et c’est parti pour remonter la France, direction la Normandie ! Nous avons décidé de ne pas prendre les autoroutes pour ce voyage et de suivre les départementales et les nationales. Plus qu’un moyen d’économiser un peu d’argent sur les péages (probablement dépensé dans l’escence supplémentaire consommée), cela nous permet de nous perdre un peu plus profondément en France et de passer par des petits villages, ainsi on voit plus de choses ! 😊

D’ailleurs, sur la route, nous nous arrêtons du côté de Dreux pour jeter un œil à son sanatorium abandonné (Marie vient de terminer un livre dont il était le décor principal). Il est théoriquement interdit d’accès (même si de nombreux urbexeurs passent à travers les clôtures) mais il est possible de voir les bâtiments depuis la route. Un bon décor de film d’horreur tout ça.

Nous passons au McDo (aaargh, on avait réussi à faire 1 mois sans fastfood !) pour un fast brunch. Faut dire qu’avec le décalage horaire (2h), les heures bizarres pour manger dans l’avion et la nuit entre-coupée, notre estomac ne sait plus trop à quelle heure il doit avoir faim.

Arrivés en Normandie, nous filons vers le cimetière américain des plages du débarquement, devoir de mémoire à la fois poignant et beau. Toute cette partie de terre a été donnée par la France aux Etats-Unis pour y enterrer ses soldats morts au combat.

Enfin, nous arrivons à notre petit studio pour les prochaines nuits, au milieu de la campagne normande et accueillis par les animaux des lieux : chiens, chat, canards, oies, poules, moutons et cochon.

Jour 33

Nous avons rapidement pris l’horaire français et le décalage avec La Réunion n’a pas l’air de nous affecter beaucoup, c’est une bonne chose ! 😊

Aujourd’hui, c’est une journée consacrée au devoir de mémoire, dont la Normandie est une terre riche : la seconde guerre mondiale et le jour du débarquement. Il faut dire que si tu es passionné par ce sujet, la Normandie est vraiment THE place to be et regorge de nombreux musées et vestiges de ce moment de l’histoire.

Nous commençons par la petite ville de Sainte-Mère-Eglise, connue pour son célèbre parachutiste resté coincé au clocher de l’église.

Nous poursuivons par Utah Beach, l’une des plages du débarquement. La plage est très belle et assez vide et, si ce n’est le grand musée qui se trouve non loin, elle ne laisse presque pas imaginer l’important combat qui s’est déroulé ici.

La falaise de la Pointe du Hoc est plus marquée par les événements et il est possible de voir des anciennes structures de canons allemands lors d’une petite visite qui serpente entre les anciens impacts d’obus. La vue est également imprenable sur la mer, magnifique.

Nous ne restons pas très longtemps à la plage d’Omaha Beach, très touristique et moins intéressante d’un point de vue historique (hors musées, très nombreux, à nouveau) et allons directement sur Longues-Sur-Mer où les casemates en béton d’une batterie de défense sont encore visibles.

La Normandie a été aux premières loges de ces combats et ces vestiges sont très bien conservés et mis en avant pour rappeler à tous l’horreur de cette époque.

Nous terminons la journée sur une note plus légère en allant voir le Pays d’Auge et plus particulièrement le village de Beuvron-en-Auge : l’un des plus beaux villages de France dans le bocage normand. Ces maisons à colombages, sa place au centre, ses anciens lavoirs en font vraiment un petit village « carte postale » en dehors du temps.

Jour 34

Nous commençons notre journée par le petit village balnéaire de Ravenoville-Plage et ses fameuses petites cabines très colorées, anciennes maisons de pêcheurs devenues à présent locations touristiques.

Nous filons vers Saint-Vaast-la-Hougue pour prendre le bateau amphibie vers l’Île Tatihou. Nous arrivons tout juste avant le départ réservé, mais cela valait le coup de courir un peu : l’île est superbe et en plus le soleil est au rendez-vous. Cette île (à marée haute et presqu’ile à marée basse) regorge de choses à voir : un musée sur la navigation, la construction des bateaux, etc. ; les jardins de plantes et fleurs diverses ; un fort qui contient des vestiges de la guerre et sa tour Vauban classée à l’Unesco (malheureusement fermée, COVID oblige) et des paysages magnifiques entourés de cette eau bleue. Un excellent endroit pour un pique-nique et pour passer une partie de la journée 😊

De retour sur le continent, nous suivons les conseils de notre hôte et nous allons voir le Nez de Jobourg, à l’extrême ouest de la péninsule du Cotentin. Les falaises surplombent la mer et une petite rando (on essaie de ne pas perdre l’entrainement débuté à la Réunion 😉) nous permet de longer le littoral et de profiter de vues plongeantes sur cette étendue d’eau. Il paraitrait que c’est encore plus beau quand le temps est terrible et que la mer se déchaine, nous n’avons pas eu cette « chance » 😁

Enfin, sur le chemin du retour, nous passons par la Maison du Biscuit, une boutique qui vend… des biscuits dans un cadre vintage. Malheureusement fermé (ou heureusement pour nos dépenses, c’est selon), nous pouvons quand même admirer ce mini-village de boutiques qui nous fait penser à Disney.

Jour 35

Nous quittons déjà le logement de ces dernières nuits et nous nous mettons en route vers Le Mont-Saint-Michel, fameux îlot surmonté de son abbaye.

Sur la route, nous faisons un petit détour par la pointe d’Agon, presqu’ile dans la presqu’ile et offrant un magnifique environnement pour une balade vers la mer, au calme.

Le Mont-Saint-Michel est bien plus fréquenté (nous sommes malgré tout toujours en haute saison ici). Nous décidons de faire la route depuis le parking vers le Mont à pied, bien plus respirable qu’entassés et masqués dans une des navettes, et puis cela nous permet de voir le Mont-Saint-Michel grandir au fur et à mesure que nous nous approchons. Nous montons directement au sommet via la rue principale et nous redescendons via le chemin des remparts. La vue est superbe, même à marée basse. Nous l’avions vu à marée haute et de nuit la fois passée, nous l’avons de jour et à marée basse cette fois 😊 Nous nous perdons dans les petites ruelles qui serpentent tout autour et donnent sur des petits magasins, des maisons un peu cachées, un petit cimetière…

Nous quittons Le Mont-Saint-Michel et faisons le retour à pied également, la file de la navette nous semblant un peu longue et notre motivation toujours présente.

Ce sera notre dernière étape en Normandie, nous continuons plus à l’Ouest vers la Bretagne !