Toujours plus au sud, sur la côte ouest française

Christophe

Toujours plus au sud, sur la côte ouest française
Article #sacàdos
Dans cet article sac à dos, nous avons mis plein d'informations super intéressantes et nous y avons raconté notre vie... Du coup, il est un petit peu plus long que d'habitude mais ça vaut le coup ! 😏
Bref, un article #sacàdos est à lire et à relire à ton aise, posé avec un thé glacé !

Nous voulions longer la côte ouest française le plus possible et après la Normandie et la Bretagne, nous arrivons donc tout logiquement en Loire atlantique, en Vendée et en Charente Maritime !

Jour 43 - suite

Nous descendons toujours et arrivons dans la région de Guérande, connue pour son gros sel et les marais salants sont là, en bord de route, partout ! Nous sommes en été (fin de saison, d’accord mais toujours bien en été) et la récolte est encore en cours. On peut voir les petits tas de sel au bord de chaque rectangle constituant un marais salant et formés par les paludiers qui travaillent leurs marais à la main, avec une sorte de long râteau, poursuivant ainsi la tradition.

Nous nous dirigeons ensuite vers L’île de Noirmoutier en suivant les indications du GPS à la lettre sauf qu’arrivés au passage du Gois… Le passage est impossible : la marée est montante et nous sommes presque à son niveau maximum, la prochaine traversée sera réalisable dans quelques heures, il faut faire le tour par le pont construit un peu plus loin et qui permet à l’île d’être constamment reliée au continent malgré les marées.

Sur l’île, nous pouvons voir que l’architecture a bien changé, nous avons quitté les petites maisons faites en vieilles pierres de Bretagne et nous trouvons des petites bâtisses blanches avec des murs de crépis, un toit orange-brun et des volets très souvent bleus. L’île est grande et les différents campings semblent encore très chargés en cette saison.

Jour 44

Nous continuons notre route vers une autre île : l’île de Ré ! La météo annoncée n’était pas très réjouissante mais nous avons de la chance, semble-t-il, le soleil a envie d’être de la partie. Passés le pont, nous parcourons l’île pour s’enfoncer le plus loin possible, direction Ars-en-Ré. Nous avons de la chance au niveau du trafic, nous sommes samedi matin, les bouchons sont dans le sens du départ et quitter l’île n’a pas l’air d’une mince affaire à cette heure-ci.

Sur la route, on voit de nombreuses vignes où pendent de belles grappes de raisins, quelques marais salants, de belles maisons du même style que nous avions vu à Noirmoutier : murs blancs, belles tuiles de couleur allant du brun à l’orangé et ces beaux volets peints. Il y a également beaucoup de vélos, moyen de locomotion très prisé sur l’île.

Nous arrivons à Ars et le marché bat son plein (même si apparemment réduit pour cause de COVID) et nous trouvons rapidement de quoi manger. Nous entamons ensuite une balade digestive près du port et au milieu des marais où de nombreux oiseaux se posent.

Nous nous dirigeons ensuite vers le Phare des Baleines et la visite de la tour (plus petite que le phare mais avec déjà de bonnes volées de marches) est offerte grâce aux journées du patrimoine. De là-haut, nous avons une belle vue sur le bout de l’île et sur l’océan. On y apprend également que son nom ne vient pas du fait qu’on peut y observer des baleines (déception) mais bien parce qu’il y a eu une quantité étonnante de baleines échouées jadis sur cette côte et le phare est là pour tenter d’éviter la même issue aux bateaux qui passent.

Nous terminons la journée sur la route, pour nous rendre à notre logement pour les prochaines nuits et il est grand : nous avons carrément droit à un étage pour la chambre ! Nous avions déjà eu un logement avec plusieurs pièces, mais l’étage fait très luxueux 😁

Jour 45

Aujourd’hui, c’est dimanche, on fait une grasse mat’, on profite un peu de la matinée pour se reposer, faire une lessive, réserver le logement suivant… et prendre un bon petit déjeuner ! L’appartement dans lequel nous sommes se trouve face à une grande boulangerie, difficile de résister ! 😁

L’après-midi, nous nous mettons en route vers la ville de Fouras et sa pointe de la Fumée pour prendre un bateau qui va nous emmener faire un tour du Fort Boyard ! Au moment de l’embarquement, nous sommes étonnés de voir tout le monde pousser et dépasser pour monter sur le bateau (et pas les plus jeunes) et se ruer sur les places à l’extérieur, on sent que le public n’en peut plus d’attendre 😅 Nous nous calons bien à l’avant du bateau où nous avons toute la place qu’il faut autour de nous (#gestesbarrières), un toit pour nous protéger du soleil et de la chaleur et une vue privilégiée sur le fort pendant son approche.

Ce fameux fort, bien connu à la télévision, ne peut pas se visiter de l’intérieur (il est d’ailleurs bien fermé à double tour hors saison de tournage et personne n’y accède) mais il est possible de s’en rapprocher et d’en faire le tour. Cette balade commentée nous apprend quelques anecdotes sur le fort, son histoire et les tournages qui y ont lieu et nous fait également faire le tour de l’Île d’Aix, toute proche, très sympa !

Jour 46

Nous partons vers l’Île d’Oléron, juste au sud de l’Île de Ré, elles sont pourtant bien différentes ! L’Île d’Oléron est beaucoup plus étendue que sa petite sœur. Nous allons jusqu’au bout de l’île pour admirer son beau phare et nous promener dans le jardin tout autour, construit sur le thème de la rose des vents.

Sur le chemin, nous passons par des villes nommées Saint-Denis, Saint-Pierre, Saint-Gilles… ça nous rappelle un petit peu la Réunion tout ça ! 😊 Nous revenons ensuite vers le début de l’île : nous avons rendez-vous aujourd’hui ! C’est à « Le Château-d’Oléron » que nous retrouvons Zouzou, Gaëlle et Phil, tout droit venus de Bruxelles pour profiter de la région et se reposer un peu (c’est raté, dès le lendemain de leur longue route, on les fait bouger jusqu’à Oléron 😅).

Nous nous baladons dans les ruelles de Château-d’Oléron et du côté de son port pour admirer les jolies cabanes ostréicoles colorées. Certaines sont encore dédiées à cette activité, d’autres ont été reconverties en ateliers d’art.

Nous nous arrêtons ensuite pour prendre un verre et une bonne glace (merci à vous deux ! 😊) et il est déjà l’heure, pour nos amis, de rentrer.

Nous prolongeons un peu le plaisir et continuons vers la plage de Boyardville, d’où l’on peut apercevoir le fort. Cette ville est appelée ainsi car c’est ici qu’étaient entreposés les matériaux nécessaires à la construction du fort et où logeaient les ouvriers.

Avant de repartir, nous passons par le Port des Salines pour une petite balade entre cabanes ostréicoles et marais salants.

Et c’est avec cette journée en très belle compagnie que nous achevons notre passage en Charente-Maritime, demain nous reprenons la route 😊

En continuant à longer la côte, nous arriverions en Gironde. Malheureusement, cette zone a été décrétée comme zone rouge COVID par la Belgique et nous ne sommes donc pas autorisés à y rentrer. Nous alons donc faire un petit détour… Mais ça, c’est pour le prochain article ! 😊