Baton Rouge, carnaval COVID à La Nouvelle-Orléans, culture cajun et vague de froid en Louisiane

Christophe

Baton Rouge, carnaval COVID à La Nouvelle-Orléans, culture cajun et vague de froid en Louisiane
Article #sacàdos
Dans cet article sac à dos, nous avons mis plein d'informations super intéressantes et nous y avons raconté notre vie... Du coup, il est un petit peu plus long que d'habitude mais ça vaut le coup ! 😏
Bref, un article #sacàdos est à lire et à relire à ton aise, posé avec un thé glacé ou un chocolat chaud !

Après Memphis, nous passons au Mississippi, territoire d’Histoire des états du Sud.

Notre roadtrip nous occupe bien, comme tu vas le voir, du coup ce post arrive avec plus d’un mois de retard, mais on va essayer de rattraper tout ça, c’est promis ! 😇

Jour 190

Après un bon petit-déj, on quitte l’hôtel pour nous mettre en route vers la Louisiane et plus précisément Baton Rouge ! Mais avant ça, il faut réussir à dégeler la voiture qui est encore plus gelée que la veille !

Arrivés à Baton Rouge, on se pose dans le Veteran’s Memorial Park pour grignoter face à un lac.

On va ensuite visiter le Old State Capitol, bâtiment qui servait de capitole avant la construction du nouveau et qui est maintenant accessible gratuitement pour le public. On pensait ne pouvoir voir qu’une seule pièce ou qu’un petit bout mais au final ce sont deux étages, une dizaine de pièces et une expo temporaire qui sont proposés en plus de pouvoir monter l’impressionnant escalier sous le plafond en vitraux. On retrouve à l’extérieur un autre wagon du fameux “Merci Train” dont nous avions déjà vu un bout à Jackson.

On poursuit par une balade dans les différents quartiers de la ville, en suivant le HeART Trail spécialement conçu pour encourager les habitants et les visiteurs à marcher dans la ville pour allier santé et découverte ! Excellente idée ! Cette balade nous a permis de nous laisser guider en suivant la carte téléchargeable gratuitement et de traverser des quartiers d’habitations, de voir quelques street arts, de longer le Mississippi et de découvrir les grands bâtiments et magasins de downtown. Chouette initiative !

On continue en passant au French Truck Cafe, un petit café au design super sympa qui propose du café New Orleans et du King Cake, ce gâteau aux couleurs locales très répandu en Louisiane. Il est surtout dégusté à la période du carnaval, la tradition correspond plus ou moins à celle de notre galette des rois : celui qui tombe sur le petit bébé en plastique a l’honneur et la tâche d’organiser la fête l’année suivante. Mais c’est avant tout un gâteau sucré, fourré et délicieux !

On termine la journée par un petit tour de la Louisiana State University (LSU) qui, comme souvent dans les universités américaines, fait la part belle aux sportifs locaux : les Tigers. Le tigre est donc leur mascotte depuis toujours et ils ont été jusqu’à en avoir un vrai placé dans une grande cage. Même s’il permet des exercices à la section vétérinaire de l’université, on ne peut s’empêcher de se poser des questions sur son bien-être, surtout par ce froid ! Inutile de dire qu’il concentre l’essentiel de la curiosité des visiteurs.

Après une balade au milieu des batiments, on arrive à notre motel qui ne paye pas de mine. La réception encore moins, mais nous sommes accueillis avec motivation et sourire. Quand on pousse la porte et qu’on découvre notre chambre, toute neuve et très belle, on oublie vite le sentiment assez étrange de la première impression.

Jour 191

C’est la Saint-Valentin ! Premier objectif du jour, trouver des biscuits avec des petits cœurs dessus ! 😊 C’est moi qui ait payé ces biscuits car j’ai perdu le concours des écureuils. Mais qu’est-ce que c’est que cette invention ? Durant une semaine, le premier à voir un écureuil durant la journée recevait 1 point. Et bien, j’ai perdu…

On démarre ensuite de Baton Rouge pour aller à la ville la plus connue de la Louisiane : La Nouvelle-Orléans. C’est la seconde fois que nous nous y rendons, nous avions déjà eu la chance de pouvoir la visiter en période de Noël, trois ans plus tôt et nous en gardions un très bon souvenir !

Nous passons par le pont au-dessus du lac Pontchartrain, le plus long pont continu au-dessus de l’eau au monde. C’est un détour, mais c’est une expérience assez unique : au milieu, tu ne vois plus que de l’eau partout autour alors qu’il s’agit bien d’un lac.

Doucement, les silhouettes des bâtiments de La Nouvelle-Orléans se dessinent. Nous passons du côté du City Park et puis direction le Quartier Français. Ce quartier historique de la Nouvelle-Orléans est très calme, beaucoup plus qu’il ne devrait l’être en cette période : à cause du COVID, le carnaval est annulé et des interdictions plus fortes ont été mises les jours avant le mardi gras pour éviter les rassemblements et les fêtes improvisées. Il faut bien qu’il y ait de temps en temps quelques indices qui nous rappellent que nous voyageons en cette période si spéciale. Cela reste néanmoins une expérience à part et on voit quand même quelques décorations, quelques personnes déguisées et quelques colliers des années précédentes. Un petit peu tristounet, surtout pour les habitants de cette ville, tant habitués à la fête. Nous reviendrons vivre cette expérience une autre fois !

On s’attable dans un petit resto où nous dégustons deux spécialités locales : un gombo (sorte de mix entre la soupe et le ragout, avec du riz et de la viande ou des crustacés) et des beignets saupoudrés de sucre !

On continue notre tour de la ville en rejoignant Magazine Street, longue rue qui part du French Quarter vers le parc Audubon en traversant les quartiers de Central Busniess District et ses hauts buildings, le Faubourg Lafayette et Garden District et leurs belles maisons. Dans cette rue, on perçoit directement une ambiance carnavalesque plus forte, les bâtiments sont beaucoup plus décorés. Ainsi privée de son carnaval cette année, La Nouvelle-Orléans a dû se réinventer : ce sont les maisons qui bénéficient des décorations traditionnellement réservées aux chars (Krewe of House Floats). Pas de défilé, ni de rassemblement dans les rues mais ce sont les gens qui défilent devant les maisons pour venir les admirer. Une belle manière de garder l’esprit festif tout en restant safe ! L’idée soutient aussi toutes les personnes et les collectifs d’artistes qui travaillent souvent plusieurs mois à la préparation de cet événement.

Dans une portion de la rue, on voit également un petit événement rassemblant quelques personnes déguisées et portant les couleurs locales : le mauve, le vert et l’or. La police semble être là pour vérifier qu’il n’y a pas trop de monde et que tout se passe dans la distanciation imposée.

Après avoir fait un petit tour du parc Audubon, on revient du côté du Central Business District où nous logerons, en passant par l’Avenue Saint-Charles pour admirer encore plus de belles maisons décorées.

La chambre que nous avons ce soir est un petit peu au-dessus du budget quotidien que nous nous autorisons et est super sympa ! Il y a même un petit néon sous le lit qui s’allume automatiquement quand on pose le pied au sol, plutôt pratique ! Ca nous change des motels qui proposent souvent la même chambre et dans lesquels on se réveille parfois sans plus trop savoir où on est 😊

Jour 192

On quitte déjà la Nouvelle-Orléans et ce matin il fait vraiment moche : mélange de pluie, de grésil et surtout de froid !

On repart en prenant la River Road, qui longe le Mississippi. Au début de cette rue, il y a beaucoup de très grosses usines qui semblent pomper l’eau du fleuve, puis doucement on s’éloigne de ces usines et on arrive dans la Louisiane plus profonde – avec des villages plus pauvres, où il y a plus de shotgun houses. Ces maisons étroites et tout en longueur typiques de la région et dont le nom viendrait du fait que si un coup de feu était tiré dans la porte avant, la balle traverserait toutes les pièces de la maison, en enfilade avant de ressortir par la porte arrière. La River Road continue et longe aussi des grandes habitations de plantations, dont certaines sont encore visitables (nous avions fait la Laura, il y a 2 ans) et exposent encore les petites cabanes des quartiers d’esclaves témoins des conditions de vie contrastées associées à ces riches plantations.

A partir de midi, on cherche de quoi manger mais partout où on s’arrête, tout semble fermé. Heureusement, on a toujours au moins un paquet de chips de survie avec nous, qui nous a déjà servi quelques fois. On essaye alors de traverser le Mississippi pour aller du côté d’un grand centre commercial mais le pont est bloqué par la police et semble effectivement bien gelé. Pareil pour toutes les entrées d’autoroutes menant vers Baton Rouge. On change d’idée et on se met en direction de Lafayette où nous logeons au soir mais en évitant toutes les autoroutes car elles sont fermées et bloquées aussi. Les paysages et les rues sont de plus en plus gelées et on voit quelques voitures en difficulté sur le côté.

Arrivés au airbnb à Lafayette, nous lisons que toute la ville et les quartiers alentours sont en alerte de grand froid et qu’il est demandé aux habitants de ne pas sortir à moins d’une urgence ! Il s’agit des températures les plus froides jamais enregistrées ici depuis très longtemps ! Du coup, toujours rien à manger dans le coin !

Notre airbnb est une sorte de grande et vieille maison, tenue par un couple et ses 6 enfants et qui proposent plusieurs chambres et une caravane pour les voyageurs. Nous les croisons en sortant et ils nous confirment que beaucoup de choses sont fermées, nous sommes donc invités à nous assoir sur le perron pour prendre un petit verre et un bon bol de gombo délicieux ! Notre hôte nous partage quelques histoires de la culture cajun et joue quelques chansons traditionnelles à l’accordéon. Ces chansons sont en partie en français car les acadiens viennent historiquement d’une région du Canada. On rencontre d’autres voyageurs, certains bloqués ici par hasard à cause du froid et voyageant chacun avec son histoire à travers les Etats-Unis. Ils sont toujours surpris d’entendre que des Européens arrivent à rentrer en ce moment. On les quitte pour rentrer se réchauffer. Il fait -4°C !

Jour 193

Happy Mardi Gras !

On se réveille en recevant un petit déjeuner cajun, offert par notre hôte : délicieux ! Dehors la température ne dépasse pas les -7°C… c’est un record absolu pour la région, eux qui n’ont jamais connu de vagues de froid aussi forte.

Malgré toutes les précautions prises, les canalisations ont gelé et nous n’avons donc pas d’eau. La douche sera pour une autre fois ! On décide de faire un peu plus cool aujourd’hui et de profiter de ce temps pour rattraper un peu notre retard sur les articles du blog, avancer dans les carnets pour l’Enfant @ l’hopital, chiller un peu devant une série… On profite de la chaleur à l’intérieur.

Vers midi, on se met en route pour faire quelques courses, les magasins sont à présent réouverts et on passe prendre une box chez Popeyes, un fast-food louisianais spécialisé dans le poulet.

On profite ensuite du soleil pour visiter le downtown de Lafayette, où tout est fermé à la fois à cause du gel et du jour férié de Mardi Gras. Nous ne croisons vraiment quasi personne, il y fait très calme. Quand nous rentrons, l’eau n’est toujours pas revenue.

Jour 194

Après un bon petit-dej à base d’énorme donuts, toujours offerts par notre hôte, on constate que l’eau n’est toujours pas au programme… en tout cas, pas en grande quantité : un mince filet coule dans le lavabo, mais c’est le maximum de pression que nous pouvons avoir, rien dans la douche. On s’organise, on récolte l’eau à l’aide de tasses qu’on fait chauffer soit au micro-ondes, soit à la machine à café et que nous mélangeons avec un peu d’eau froide pour pouvoir nous laver un peu, c’est pas rapide mais ça marche ! 😊

On se tient au courant des derrières infos concernant la vague de froid, il y a des coupures d’électricité et d’eau un peu partout dans la région, surtout en Louisiane et au Texas. Les panneaux solaires ne fonctionnent pas, les éoliennes sont gelées et la demande en électricité a explosé dans ces états où le gel est inédit !

Malgré le mauvais temps, moins froid mais pluvieux, nous allons voir les petites villes cadiennes des environs : Breaux Bridge, Saint Martinville et La Nouvelle-Ibérie. C’est assez marrant de voir des noms de magasins ou de lieux mais aussi des noms de famille qui sonnent plus français.

Sur le chemin du retour, on s’arrête à Crazy ‘bout Crawfish pour goùter ces fameuses écrevisses locales qui font la renommée de la région et dont Breaux Bridge est la capitale mondiale. On prend un plateau constitué de plein de déclinaisons de ce met et ils nous rajoutent des crawfish entières pour pouvoir gouter le produit de base. Un délice dans ce restaurant à l’ambiance cadienne très locale !

Jour 195

La vague de froid semble partir doucement et les températures se réchauffent doucement mais sûrement. Nous décidons de partir vers le Texas malgré tout et nous improviserons en fonction de ce que nous verrons de l’état des routes et ce que nous entendrons des conditions.

Après un dernier petit-déjeuner chaud et délicieux, nous prenons la route. Première bonne nouvelle, le pont principal reliant le sud de la Louisiane au Texas est ouvert et praticable. Lors de notre premier soir à Lafayette, nous avions croisé un autre voyageur d’un jour venant de Houston… qui avait été surpris par la vague de froid et était resté bloqué. Le voyant parti, ce matin, nous avions bon espoir de pouvoir rejoindre le Texas et les environs de Houston.

En route vers le Texas !

Toutes les photos de l'article et bien plus !

Où ça s'passe ?