Une semaine en Floride : Miami, Key West, les Everglades et le soleil

Christophe

Une semaine en Floride : Miami, Key West, les Everglades et le soleil
Article #sacàdos
Dans cet article sac à dos, nous avons mis plein d'informations super intéressantes et nous y avons raconté notre vie... Du coup, il est un petit peu plus long que d'habitude mais ça vaut le coup ! 😏
Bref, un article #sacàdos est à lire et à relire à ton aise, posé avec un thé glacé ou un chocolat chaud !

Après une sacrée épopée pour y arriver, nous sommes aux États-Unis et nous commençons notre roadtrip dans ce vaste pays par la Floride !

Jour 164

Ce matin, on se réveille un peu euphoriques : on a quand même du mal à croire que notre plan pour arriver aux USA a fonctionné et on en est bien contents ! Initialement, nous avions trouvé et réservé un vol tout simple, direct depuis la Martinique, ne demandant aucun test PCR, ni aucune escale – bref quelque chose de trop facile pour être vrai en ces temps de pandémie qui compliquent bien les voyages. Quand ce vol a été annulé, fin de semaine dernière, on ne s’est pas laissés abattre et on s’est mis à chercher un plan B pour pouvoir atteindre les États-Unis malgré tout et ce matin, on est ravis de constater que ce plan B était le bon !

On se lève et on se met en route, dans les rues de Miami Beach, à la recherche de notre petit-déjeuner. Nous sommes déjà venus, il y a 2 ans, et nous logions dans les environs, nous retrouvons donc certains repères. Après avoir acheté jus d’orange, muffins et cookies au Wallgreens du coin, nous nous posons sur la plage pour déjeuner au soleil. On ne se souvenait plus à quel point l’eau était belle ici aussi ! La plage se remplit petit à petit, aujourd’hui c’est le Martin Luther King Day, jour férié marquant sa naissance.

Après avoir mangé, on longe l’océan pour descendre jusqu’à la pointe sud de Miami Beach. La plage est encore différente de toutes celles que nous avions vues jusqu’ici : le sable est vraiment très blanc. Tout le long, nous voyons les petites cabines de maitre-nageur, chaque fois différentes et qui portent un panneau indiquant au niveau de quelle rue elle se trouve. Comme dans la plupart des grosses villes américaines, le plan des rues est quadrillé, c’est donc très simple de s’y retrouver. On tente un orteil dans l’eau, mais elle est quand même bien plus froide qu’aux Antilles 😊

On passe par le ponton de South Point qui s’avance dans l’océan et donne une belle vue sur Miami Beach et Fisher Island (uniquement accessible via bateau) puis on longe le parc. On voit de nombreux cyclistes, skateboarders, des personnes en rollers ou en longboard – c’est cliché mais c’est vrai et ça donne une chouette ambiance à la ville 😊

On remonte par la très connue Ocean Drive et ses bâtiments art-déco. On se prend un petit sandwich à manger sur la plage, puis petite sieste au soleil pour moi et lecture pour Marie. On rentre à l’hôtel pour remplir la gourde, préparer un peu la suite et faire une petite pause. J’en profite pour passer chez le coiffeur, histoire de raccourcir un peu tout ça – je n’y vois plus grand-chose, mais j’attendais d’être dans un pays où on ne parle pas français pour que ça soit un peu plus challengeant !

A la nuit tombée, on retourne sur Ocean Drive pour admirer l’ambiance nocturne et les éclairages des bâtiments. On croise un attroupement de personnes qui semble prendre des photos de 2/3 filles qui ont l’air connues, on se sent un peu bêtes parce qu’elles ne nous disent rien… On risque d’avoir encore quelques moments de solitude comme celui-ci 😅 Bien qu’on adore la culture américaine, on est loin de bien la connaitre !

On se rend compte à la fin de la journée qu’on a bien pris le soleil et même un peu trop, nous qui pensions qu’après le soleil antillais notre peau allait être habituée, on est bien vite rappelés à l’ordre 😊

Jour 165

Après avoir découvert l’ambiance de Miami Beach, nous allons découvrir Miami, côté ville ! Nous ne le savions pas, mais Miami et Miami Beach sont bien deux villes différentes. Nous espérions pouvoir optimiser nos déplacements et tirer parti du bus hop-on hop-off qui nous emmènerait aux endroits à voir mais à cause de la pandémie, ils ne fonctionnent pas tous les jours et évidemment pas aujourd’hui. Ce n’est pas grave, les bus de Miami sont gratuits en ce moment (pandémie toujours, effectif réduit et pour éviter les contacts avec les machines de paiement), nous allons en profiter et nous déplacer comme des locaux !

Première étape : le fameux quartier Wynwood ! Les 2 bus que nous devons prendre s’enchaînent bien et nous y arrivons assez vite. Ce quartier est le cœur du street art à Miami et s’étend sur plusieurs blocs, présentant ainsi des kilomètres de murs remplis de fresques toutes plus belles les unes que les autres. Il est difficile de trouver un mur gris ici, et s’il n’y a plus de place au mur, le sol prend le relais couvert de tags, de collages, de messages. Les poteaux sont également souvent peints ou recouverts de stickers.

Toutes ces couleurs, sous le soleil et le calme du matin offre une ambiance hyper agréable qui nous donne envie de nous poser un peu dans un café pour un latte. Ce n’est pas un secret, les Américains sont des grands fans de café, plus ou moins sucré, et il est possible d’en trouver partout, dans des endroits souvent très stylés.

Nous reprenons ensuite le bus, puis le MIA Mover (sorte de métro aérien et automatique) pour arriver au Bayside Marketplace, un centre commercial en plein air le long de l’eau. Il y a très peu de monde et il y fait calme. Le shopping est toujours assez rapide avec nous : puisque la place dans les sacs est restreinte, nous ne pouvons rien acheter à moins de remplacer quelque chose 😊 Nous craquerons probablement dans l’un des outlets géants dont les États-Unis ont le secret. On s’arrête néanmoins au Five Guys, grande chaine de burgers aux États-Unis, qui arrive en Europe et élue à plusieurs reprises comme la meilleure. Et il faut avouer que leur burger est vraiment délicieux, les produits sont frais, les frites sont excellentes (un panneau indique d’où viennent les pommes de terre utilisées aujourd’hui) et des cacahuètes sont disponibles. A cause du COVID, elles ne sont plus en service libre, mais on peut en demander, ce que nous faisons : nous voici avec un demi kilo de cacahuètes pour les prochains jours 😂 Inutile de préciser que les portions sont généreuses ici !

Nous continuons notre visite de la ville en reprenant le MIA Mover. Il se déplace sur un rail et si on se met à l’avant, on a vraiment l’impression d’être sur des montagnes russes ! C’est également un très chouette moyen de visiter la ville et d’avoir un point de vue en hauteur sans se fatiguer. Nous prenons ensuite le bus en direction du quartier de Little Havana. Changement d’ambiance dans ce quartier cubain et sud-américain, rythmé par la musique tout le long de sa Calle Ocho. Il y a de nombreux magasins qui vendent des cigares roulés à la main.

Nous reprenons le bus, puis le MIA Mover et enfin le trolley (sorte de vieux tram sur rue) pour revenir sur South Beach et faire un stop à la Lincoln Road, large rue commerçante et verdoyante.

Cette journée dans les transports en commun nous a aussi permis d’observer le sérieux des Américains pour les gestes barrières : les chauffeurs et des personnes de la sécurité sont assignés pour vérifier que les masques sont mis et couvrent bien le nez, le nombre de personnes dans les transports est réduit et il faut attendre le suivant si ce nombre est atteint, une place est à laisser entre chaque personne, qu’on soit un couple ou non et on est rappelés à l’ordre si ce n’est pas le cas, on ne plaisante pas avec la santé.

Elle nous aura également permis de voir que quelques commerces ont souffert de la crise et ont dû mettre la clé sous la porte, tandis que d’autres rivalisent d’ingéniosité pour se réinventer, proposer la livraison.

Jour 166

Nous quittons Miami Beach ce matin, pour reprendre le bus en direction de l’aéroport et aller chercher la voiture qui nous accompagnera pour ce roadtrip à travers le pays. En ce jour d’investiture de Joe Biden, nous pensions voir beaucoup d’effervescence liée ou des drapeaux, mais il n’en est rien : tout se passe à la TV et du côté de Washington. Il faut aussi préciser que la Floride est en majorité plutôt pour le candidat sortant.

Arrivés à l’aéroport, nous faisons la file, puis recevons le contrat et arrivons à l’étage des voitures. Nous avons choisi une « compact » et on nous dirige vers l’allée correspondante. Ici, il est possible de choisir n’importe quelle voiture disponible correspondant à la catégorie choisie, et manifestement les compacts ne semblent pas très demandées car notre allée ne contient qu’une voiture et c’est la nôtre, les gens préférant prendre plus grand en général. Il s’agit d’une Toyota Corolla 2021 qui, pour nous, n’a rien de compacte 😁 Les sacs rentrent très facilement dans le coffre et il y a encore beaucoup de place ! Le cockpit est également immense et je n’ai aucun problème pour mes jambes, j’aurais pu être encore beaucoup plus grand ! Nous voici sur les routes pour quitter Miami, la conduite n’est pas trop compliquée, les directions sont bien indiquées, les bandes sont larges, c’est une automatique et les Américains sont plutôt doux au volant. En plus, le dépassement par la droite est autorisé, donc s’ils trouvent que tu es trop lent, ils peuvent te dépasser par tous les côtés. Les seuls choses qui changent vraiment sont les feux qui se situent de l’autre côté du carrefour et le fait qu’il est possible de tourner à droite au feu rouge (et donc de le griller en quelque sorte) si la voie est libre.

Notre premier arrêt sera dans un Walmart, très répandu aux États-Unis et où il est possible de trouver de tout : nourriture, fruits et légumes (pas toujours très simple à trouver dans les petits magasins), vêtements, cosmétiques, matériel de jardinage, entretient pour la voiture, et ce dans un magasin immense.

Nous prenons de quoi manger ainsi qu’une glacière qui nous permettra de conserver des aliments au frais pendant nos journées de route, et donc d’éviter de devoir acheter chaque fois des snacks ou autre sur la route. Nous avions déjà fait comme ainsi lors de notre premier roadtrip en Californie et cela avait bien marché. Souvent les motels ont un distributeur gratuit de glace, ce qui permet de maintenir les aliments au frais. La glacière rentre sans aucun problème dans le coffre à côté des sacs et il reste encore de la place !

Nous nous dirigeons ensuite vers le premier parc national que nous visiterons aux États-Unis : le Parc National des Everglades. Nous prenons le pass annuel « America The Beautiful » à 80$, qui permet de visiter autant de parcs que voulu pendant la validité du pass, donc un an – et les parcs nationaux seront une grande partie de notre voyage, la carte sera donc vite rentabilisée.

On pousse la route jusqu’au bout du parc et nous arrivons à Flamingo Marina. Rien que la route pour arriver ici est superbe et elle est bordée par plusieurs types de végétations différentes : plaines humides, mangroves, arbres décharnés et tout blancs, des lacs… Arrivés à la Marina, nous allons vers un groupe de personnes qui semblent observer quelque chose dans l’eau : ce sont des lamentins ! Ces gros animaux marins sont assez rares et uniquement présents en saison ici, nous avons de la chance d’en apercevoir. Nous voyons également de nombreux rapaces dont des urubus à tête rouge et même, un peu plus loin, un crocodile !

Le soir tombe assez vite et nous reprenons la route pour sortir du parc, en faisant un détour vers la Nike Missile Base, ancienne station de lancement de missiles datant de la guerre froide, mais elle est fermée. L’endroit nous offre malgré tout une belle vue sur le coucher de soleil.

Nous sortons du parc et arrivons à notre motel pour la nuit, il est simple mais fera parfaitement l’affaire et surtout, il n’était pas très cher ! L’ambiance des différents motels fait vraiment partie de l’expérience du roadtrip et nous avions adoré cela !

Jour 167

On se réveille après avoir bien dormi ! Après une bonne douche qui termine de nous réveiller, on se dirige vers le petit-déjeuner. À cause du COVID (on vous a déjà un peu parlé de lui, non ?! 😊), il est distribué dans un sac et doit être mangé dans la chambre. Au menu : un burger (on ne s’y attendait pas, c’est trop bien !), un yaourt, un muffin à la myrtille et de l’eau. Puisqu’il n’y a pas de table, on mange par terre sur la glacière.

Première étape en quittant le motel : faire le plein avant de prendre la longue route qui nous attend aujourd’hui. C’est toujours un moment assez unique, surtout le premier plein parce qu’il faut comprendre si on doit mettre de l’essence, du diesel, comment on peut payer, etc. On s’arrête à la pompe la moins chère des environs et on demande à un monsieur qui est occupé à faire le plein. « Gasoline » c’est bien de l’essence et on peut sélectionner « regular » et pas premium ou autre. Parfait, c’est le moins cher et le plus facilement trouvable (les pompes sont très nombreuses et partout aux USA) ! Par contre, il nous dit aussi que cette pompe n’est réservée qu’aux membres et ne peut pas être utilisée par tout le monde 😉 On en trouve donc une autre, mais la carte de crédit ne fonctionne pas, nous avions déjà eu ce problème, il faut aller voir le caissier et demander un montant puis il rembourse la différence si tout n’est pas utilisé. Je tente 10$ et au final je peux en remplir 8$, pas si loin ! 8$ pour un quart de plein, c’est pas cher 😊

Nous voici partis sur la route qui descend vers le sud, en direction des Keys, ces nombreuses iles reliées par des ponts et faisant toujours partie des États-Unis mais dont la dernière est plus proche, géographiquement, de Cuba que du continent américain. La route est magnifique et très souvent bordée par l’océan, on passe par une multitude de tons de bleus différents. Quand nous étions venus, il y a 2 ans, nous avions fait cette route dans un bus Greyhound et nous étions arrivés 3 mois après le passage de l’ouragan Irma : les Keys avaient été fortement touchées et on voyait des tas de déchets ou de bouts de maisons sur le côté de la route. La météo n’avait pas été de la partie non plus, il avait plu constamment et il avait fait très froid. Contraste complet avec aujourd’hui !

On fait une pause le long de la route pour diner, directement sur la glacière qui nous sert encore une fois de table. On continue notre route, on se perd un peu on revient sur nos pas pour arriver du côté de Big Pine Key où se trouve le National Key Deer Refuge, qui protège cette espèce de cerfs endémique. A peine arrivés dans les premières rues, on voit une biche qui traverse tranquillement. On s’en approche un tout petit peu (distance de sécurité toujours pour ne pas l’effrayer) et on l’observe. Comme nous sommes arrêtés sur le bord de la route, une personne qui passe par là nous demande si on a un souci technique et s’il ne peut pas nous filer un coup de main, décidemment les gens sont trop gentils !

On continue notre chemin pour nous diriger vers le Blue Hole, un lac d’eau douce apparu après des travaux pour le chemin de fer et devenu refuge pour les animaux. On y voit un alligator, une tortue et des poissons. On est hallucinés de voir tous ces animaux aussi simplement !

On entame une randonnée un peu plus loin, censée être courte et faire une boucle mais après un certain temps, on ne la voit toujours pas boucler, on préfère faire demi-tour. On en fait une autre (Jack C. Watson Wildlife Trail) qui passe par de beaux sentiers, mais sur lesquels nous ne rencontrons pas d’animaux, si ce n’est les nombreux vautours qui tournent dans le ciel.

Nous repartons pour terminer notre route vers Key West mais nous voyons encore une biche de l’autre côté de la route. Nous nous arrêtons doucement pour faire une photo et le temps de sortir de la voiture, elle traverse pour s’approcher vraiment tout prêt ! Moment plein de magie 😊

Direction Key West à présent où nous trouvons rapidement notre hôtel « Authors Key West Guesthouse », dans une rue calme à 1km du centre historique. Il est magnifique et notre chambre « Library » est remplie de livres. Key West est assez cher pour le logement, mais nous avons vraiment l’impression d’avoir trouvé un chouette petit endroit à un prix raisonnable.

On se met en marche vers le centre historique, dans les rues calmes et bordées de belles maisons en bois avec une terrasse et des rocking chairs. Il y a des coqs et des poules qui errent et on croise même une dame qui promène son cochon. Nous passons par Kermit’s Key West pour aller chercher une fameuse Key Lime Pie, la tarte au citron locale à ne pas manquer, puis par les Conch Fritters pour un plateau de poissons frits et de frites qui nous avait marqués 2 ans auparavant.

Avec tout ça, nous nous dirigeons vers Malory Square d’où nous regardons le soleil se coucher : Key West est réputé pour offrir les plus beaux couchers de soleil des USA. Nous n’avions rien vu, dû à la météo, 2 ans plus tôt. Cette fois-ci il tient ses promesses !

Jour 168

Après une bonne nuit de sommeil, nous allons voir ce que nous réserve le petit-déj’ : la surprise du petit-déj inclus aux USA est toujours un moment sympa et est en général bien fourni et très bon ! Au menu du jour : jus d’orange, lait, yaourt, avoine, mandarines, muffins… Bref, y’a de quoi faire et nous avons même droit à un peu de beurre pour notre pain de ce soir !

Nous partons à la (re)découverte des jolies rues de Key West sous un soleil radieux. On retourne du côté des quais et du port près de Mallory Square et on s’arrête pour prendre un cortadito chez Cuban Coffee Queen. Les cortaditos sont des cafés cubains avec autant de café que de lait chaud (et une bonne dose de sucre). Nous ne sommes pas très café, mais ça on en raffole !

Après un tour des quais, on redescend vers le sud via la Duval Street, rue névralgique de l’île où se concentrent tous les bars, restaurants et magasins. Plus on se rapproche de l’extrémité sud, plus les pancartes affichent « The Southernmost … », il y a donc The Southernmost café, guesthouse, bar, brewery, lawyer, tout y passe avant d’arriver au « Southernmost Point of the Continental US » : le point communément accepté comme le plus au sud du continent américain (en réalité, il se trouve un peu plus loin mais fait partie d’une base militaire non-accessible au public 😉), une petite photo s’impose !

Un petit tour par la Southernmost beach pour profiter de la vue et du soleil avant de remonter pour retrouver le Mile 0, là où la US-1 (route qui longe toute la côte Est) s’arrête et recommence.

Après cette bonne balade de presque 10km dans les rues de Key West, nous reprenons la voiture pour refaire la belle route qui traverse les Keys. Un petit arrêt à Anne’s Beach pour grignoter des beef jerky (ces morceaux de bœuf séchés en vente partout ici) puis se balader sur les caillebotis qui longent les plages.

Arrivés au bout de la route, nous retournons du côté du Parc National des Everglades pour emprunter le sentier d’Anhinga Trail au soleil couchant. Des personnes nous montrent un bébé alligator qui est caché dans l’eau (que nous mettons un temps fou à repérer, mais heureusement ils sont patients) puis un alligator qui n’a plus rien d’un bébé sur le bord de la route (heureusement, celui-là, nous le repérons directement). La suite du chemin continue sur les caillebotis et permet d’observer les marais, les oiseaux et poissons qui y vivent avec parfois des bruits assez surprenants et pas toujours rassurants.

Jour 169

Ce matin, nous retournons dans le Parc National des Everglades, mais via l’autre entrée : direction le Shark Valley Visitor Center. Depuis cet endroit, une longue boucle permet de longer des marais et observer de nombreux alligators. C’est assez flippant et très impressionnant. Heureusement, ils restent immobiles et on peut continuer notre chemin sans se faire poursuivre. On repère également de nombreux oiseaux et même un petit bébé alligator : à cette taille-là, c’est encore mignon. On ne fait pas la boucle complète, elle est très longue et plutôt réservée aux vélos – surtout par cette chaleur et on revient sur nos pas.

On reprend la voiture et on se met en route en direction de Kissimmee. En chemin, nous passons par des longues routes bordées de panneaux indiquant « Vous entrez dans l’habitat des biches, panthères… ». On ne sait pas trop si on préfèrerait en croiser ou non. Après de longs bouchons dus à des travaux et un stop à un Walmart pour acheter de quoi boire et manger, après un Coca explosif dans la voiture parce qu’il a été trop secoué pendant les courses, nous arrivons à destination.

Kissimme est une ville toute proche d’Orlando, qui baigne déjà dans l’ambiance des grands parcs d’attractions car elle est la ville la plus proche de Disney World. On y voit partout des hôtels, des gift shops, des restos… Comme une petite ambiance de Las Vegas avec toutes ces lumières !

Notre motel est juste à côté d’un gift shop géant arborant une tête et des bras de magicien. La chambre est très propre, spacieuse et tout y semble calme. Une bonne nuit en perspective !

Jour 170

Après une bonne nuit de sommeil bien au calme et bien confortable, on se lève un peu plus tôt ce matin (bien que les jours n’aient plus beaucoup d’importance, on remarque que ça arrive souvent le dimanche en fait 😆). On replie nos sacs, on prend un petit-déj à emporter – bien complet : des bagels et sandwichs salés, des fruits, un yaourt, du jus d’orange et des Froot Loops – et on se met en route en direction de Cocoa Beach et plus précisément du Lori Wilson Park. De ce point de vue, nous devrions pouvoir assister au lancement de Transporter 1, la première mission « rideshare » de SpaceX à embarquer 143 satellites dont 130 appartenant à d’autres sociétés ou états. La fusée est propulsée par le moteur Falcon 9 qui a déjà servi et qui revient se poser chaque fois sur une plateforme dans l’Atlantique pour qu’ils puissent le récupérer et le réutiliser. On en rêve, mais tout ça peut être reporté jusqu’à la dernière seconde en fonction de la météo.

On arrive sur place, on se pose sur la plage – d’autres personnes sont déjà là et ont apporté leurs jumelles – on repère l’endroit d’où la fusée devrait décoller, on croise très fort les doigts et on commence notre petit-déj.

A 10 heures pile, on voit une trainée lumineuse qui s’élève dans le ciel et juste au-dessus, la fusée ! On assite à un lancement de fusée en prenant un petit-déjeuner sur la plage… Quelle chance y avait-il pour que cela se passe le seul jour où on est dans le coin, après un premier report la vieille ?! On n’en revient pas ! C’est hyper impressionnant et le bruit, qui arrive plus tard, l’est tout autant ! La fusée s’élève puis continue en arc de cercle dans le ciel jusqu’à ce qu’on la perde de vue.

Après avoir terminé notre petit-déj au soleil, on se met en route vers le Kenedy Space Center en espérant pouvoir faire un petit tour dans le gift shop mais le parking est payant dès l’entrée. On fait demi-tour, ça nous aura quand même permis de voir quelques fusées de loin 😉

On continue notre route pour passer du côté d’Orlando, ville très connue pour ses nombreux parcs d’attractions et nous passons à côté de certains d’eux dont les Universal Studios. On voit quelques bouts d’attraction, mais pas grand-chose : on reviendra en faire une prochaine fois 😊

A présent, Direction Saint Augustine, nous avons deux heures de route. Faire la route aux USA fait vraiment intégralement partie du voyage et n’est pas qu’un simple moyen de se déplacer, c’est LE moyen pour visiter au mieux le pays. On passe par des petites villes, des longues routes toutes droites, on voit des panneaux qui évoquent les élections passées, de très nombreux petits fast-foods et magasins. On voit le paysage changer, on passe par des grandes plaines où paissent des vaches, par des bois envahis par la mousse espagnole… Ce matin, nous sommes même passés à côté de grandes grues du Canada, oiseaux immenses. Bien que les distances soient très longues, les routes sont donc loin d’être monotones et il y a toujours quelque chose à voir et à observer.

On s’arrête pour gouter un burger au Wendy’s, pas mauvais mais pas le meilleur qu’on ait mangé jusqu’à présent 🍔. Et on arrive à notre motel fin d’après-midi – très sympa et très calme malgré les trains qu’on entend passer au loin et qui doivent faire des centaines de mètres de long. On y est assez tôt, mais on décide de se poser, ce qui nous laisse le temps d’avancer sur certaines choses : définir nos prochaines étapes et y réserver un logement, avancer sur des articles pour le blog et pour l’Enfant @ L’Hôpital, organiser notre visite du lendemain de St Augustine…

Jour 171

On commence cette nouvelle journée avec un petit-déj, comme toujours ! 😊 Les motels dans lesquels nous passons ces dernières nuits « offrent » tous un petit-déj, mais ils improvisent différemment à cause du COVID. Celui-ci est plutôt simple : un jus, un yaourt, une orange et une barre chocolat chips. En soit, ça calle déjà bien mais on commence à pouvoir comparer et ce n’est pas le plus complet que nous ayons eu 😉

On se met en route pour visiter la petite ville de Saint Augustine. Il s’agit de la ville considérée comme la plus vieille des États-Unis et lieu d’accostage de la première exploration espagnole. Du coup, on y retrouve un style « vieilles pierres » (rare aux USA) et une architecture coloniale espagnole mêlée à du classique américain, c’est plutôt sympa et très agréable à visiter. L’endroit est assez touristique mais vaut vraiment le détour. On y retrouve une rue principale bordée de magasins, de restaurants dans de beaux bâtiments et un petit parc abritant des écureuils mi-curieux, mi-craintifs. La rue débouche sur les portes de la ville et sur le fort « Castillo de San Marcos ». Il se situe au bord de la rivière Matanzas enjambée par le « Bridge of Lions ». La ville est vraiment belle et ce qu’on aime surtout, c’est trouver des petites rues moins fréquentées, plus calmes et tout aussi belles, bordées de jolies maisons.

On reprend la route pour continuer notre remontée de la côte Est, prochaine étape : Savannah en Géorgie ! On préfère prendre la route qui longe au maximum l’océan et on fait un petit arrêt à Vilano Beach pour emprunter un pont qui passe la route et nous emmène sur la plage. Il fait déjà un peu plus frais que sur la plage à Miami.

Un peu plus loin, on s’arrête au Waffle House de Jacksonville Beach (ou JAX Beach pour les intimes). On ne connaissait pas du tout cette chaîne mais en voyant les nombreux restaurants au bord des routes et les publicités, cela nous avait donné envie et notre estomac crie famine ! Comme toujours, on se prend un plat pour deux, les quantités étant vraiment trop grosses pour nous et on se décide pour un « ALL-STAR SPECIAL™ ». Avec un nom pareil, ça ne peut être que bien ! Ce qui est cool, c’est qu’on a le droit de modifier à peu près tout et au final nous avons droit à du bacon, des œufs brouillés, des hashbrowns (pommes de terre en lamelles et grillées), des toasts au beurre et des gaufres aux noix de pécan et pour arroser le tout : un coca. Léger et efficace 🤣

Ce sera notre dernier arrêt en Floride, nous passons la frontière et arrivons en Géorgie.