White Sands, Route 66 et Breaking Bad - Nouveau-Mexique & Texas

Christophe

White Sands, Route 66 et Breaking Bad - Nouveau-Mexique & Texas
Article #sacàdos
Dans cet article sac à dos, nous avons mis plein d'informations super intéressantes et nous y avons raconté notre vie... Du coup, il est un petit peu plus long que d'habitude mais ça vaut le coup ! 😏
Bref, un article #sacàdos est à lire et à relire à ton aise, posé avec un thé glacé ou un chocolat chaud !

Fin février, début mars 2021. Nous poursuivons notre découverte des états en quittant la Louisiane et en arrivant dans le sud du Texas.

Jour 202

Ce matin, on quitte rapidement El Paso et nous passons au Nouveau-Mexique. On voit directement le changement d’état : changement du revêtement de la route (plus silencieux, ce n’est pas désagréable), on quitte les grands espaces des ranchs texans pour trouver des élevages intensifs de vaches où elles semblent agglutinées par centaines sur des terrains minuscules (sans parler de l’odeur qui rayonne à des miles à la ronde) et l’architecture est complètement différente : l’architecture Pueblo est plus proche de ce qu’on imagine des natifs américains.

On traverse Los Cruces en passant voir une sculpture de roadrunner (bip-bip) faite de matériaux recyclés, sur une aire de repos qui semble avoir gagné un award quelques années auparavant. Marrant de voir qu’il existe des récompenses pour les aires d’autoroute pour à peu près tout !

On passe ensuite voir le plus grand piment du monde (c’est une sculpture, pas un vrai). Les Américains sont assez fans de ce genre de choses, ces roadsides attractions qui permettent d’attirer du monde. Ici, il est placé sur le parking d’un motel.

On continue notre route en remontant vers le Nord et on passe un nouveau contrôle d’identités. Décidément, on en aura passé quelques-uns ces derniers jours, dans cette région qui longe la frontière mexicaine… mais cette fois, nos réponses ne suffisent pas et on nous demande de nous ranger sur le côté, le temps de vérifier nos passeports et notre Esta. Il faut dire que comme les passeports ne sont plus tamponnés à l’arrivée à Miami, il n’y a plus de preuve « écrite » de la date à laquelle nous sommes arrivés et ça semble les chiffonner à chaque fois… Vive la technologie ! Après avoir attendu un petit quart d’heure sur le côté, nous récupérons nos papiers et on nous souhaite une bonne suite de voyage, ouf !

On arrive au White Sands National Park. Comme son nom l’indique, ce parc est constitué de dunes de sable blanc, ça nous nous y attendions… mais le parc est à nouveau ENORME et c’est magnifique ! Plusieurs randonnées sont possibles et nous commençons par le Dune Life Nature Trail, une petite randonnée d’une heure qui donne déjà un très bel aperçu des dunes, de leur immensité. De nombreux panneaux expliquent comment les animaux se sont adaptés à cet environnement extrêmement hostile.

On continue notre route le long de la Dunes Drive, cette piste où l’on roule sur le sable, au milieu des dunes blanches. On a l’impression d’être au milieu de la neige !

On s’arrête pour manger dans l’une des picnic area, encore une fois très bien pensée, puis on s’essaie à la glisse sur les dunes… à l’aide d’un sac plastique. Ça semble moins efficace que les petites soucoupes qu’ils vendent au Visitor Center, mais on se marre bien !

On entame la randonnée Alkali Flat Trail qui, contrairement à ce que son nom indique part tout droit au milieu des dunes, les grimpe et les redescend les unes après les autres et permet d’expérimenter réellement une marche au milieu du désert comme on se l’imagine dans les films. Partout où nous regardons, il y a du sable et tout se ressemble. Le chemin est marqué par des poteaux de couleurs à intervalles réguliers et il ne faut pas les manquer parce qu’il est très facile de se perdre tellement le vent efface vite les traces de pas.

On quitte ce parc où nous pensions passer rapidement alors que le soleil baisse doucement et nous continuons notre route vers Roswell. Après un arrêt à une pompe à essence pour une envie pressante et la dégustation d’une « sausage on a stick » aux jalapeños, nous arrivons à Roswell. Cette ville est connue pour l’écrasement, selon les versions, d’un ballon ou d’un OVNI. La ville surfe à fond là-dessus et il y a des petits bonshommes verts cachés un peu partout.

On arrive à notre motel, qui n’est pas en reste au niveau de la déco dans le thème et à notre chambre. Elle se situe à côté d’un hôpital qui a son propre hélicoptère (c’est bien un objet volant identifié celui-ci), c’est pas le plus silencieux mais c’est original ! 😊

Jour 203

Avant de quitter Roswell, nous partons y faire un petit tour afin de dénicher quelques aliens. Le centre-ville en est vraiment plein et c’est assez fun ! Sur les façades des magasins, dans les rayons, sur les murs, sur les réverbères, partout !

Une dernière photo près du Welcome Sign, en dehors de la ville et nous prenons la route. On revient à l’heure du Texas (on s’y perd un peu, heureusement que les téléphones se mettent à jour plus ou moins automatiquement) et on s’approche d’Amarillo.

Premier arrêt à l’est de la ville, au Cadillac Ranch. Il s’agit d’une roadside attraction, qui est une œuvre d’art au milieu d’un champ. Elle prend la forme de 10 Cadillac enterrées par le nez et est située le long de l’ancienne Route 66. La créativité et la participation y sont encouragées… Si bien qu’on ne voit presque plus ce qu’il y a sous la couche épaisse de peinture. Ces 10 Cadillac représentent l’évolution de la gamme entre 1949 et 1963 et sont dans un sale état, mais il faut avouer que le lieu est assez fun et fréquenté ! Alors, on ne résiste pas à prendre l’une des bombes de peinture laissée là par des artistes en herbe et on rajoute une petite couche de couleur par-dessus les autres !

Le savais-tu ? Le Cadillac Ranch est visible dans le film Cars de Pixar !

Source : https://pixarcars.fandom.com/wiki/Cadillac_Range

On arrive à notre motel où nous dormirons les 2 prochaines nuits et on se met en route vers LE restaurant du coin à ne pas manquer qui est partout dans les dépliants, sur les panneaux le long de la route et sur le net : The Big Texan Steak Ranch. Comme le nom l’indique, ici on mange surtout du steak et, fidèle à la tradition américaine – encore plus forte dans l’état du Texas – plus c’est énorme meilleur c’est ! Il y a d’ailleurs ici un concours dans lequel le steak t’est offert si tu arrives au bout (comprenant aussi les accompagnements) … et cette pièce de boeuf fait 72oz soit un peu plus de 2kg ! On la joue beaucoup plus soft et on s’en prend un « petit » de 500 grammes pour deux, avec une patate douce, du coleslaw, trois crevettes (on ne comprend pas trop pourquoi, mais ça va avec apparemment) et une boisson chacun. Même si c’est e portion pour une personne, c’est déjà bien assez pour nous ! Après plus d’un mois dans le pays, nos estomacs ne sont pas encore prêts pour des vraies quantités américaines. L’endroit est vraiment sympa, il y a des chapeaux et des bottes de cowboys partout, c’est une expérience délicieuse !

Jour 204

Petite journée plus calme pour dormir un peu et travailler sur la suite du voyage 😊 Mine de rien, les jours défilent et le pays est encore grand !

On profite de la chaleur de l’après-midi pour aller se balader dans le downtown d’Amarillo, du côté de la Route 66. Il y a tout un tronçon qui a été restauré et aulequel les magasins et restaurants essayent de redonner vie. C’est plutôt réussi ! L’ambiance est là, et les nombreuses grosses motos et voitures vintage qui passent y participent grandement !

Jour 205

Nouvelle journée de route aujourd’hui, mais pas n’importe laquelle : nous prenons une partie de la Route 66 depuis Amarillo pour rejoindre Albuquerque. Nous en avions déjà eu un petit aperçu hier, mais nous allons la parcourir plus longuement dans les prochains jours !

Cette route reliait Chicago à Santa Monica en traversant une bonne partie des Etats-Unis. Elle a également été la première route goudronnée, d’où son nom de Mother Road et son tracé a ensuite été modifié quelques fois en fonction des besoins et de l’évolution de la mobilité et des villes. Bien qu’elle ait été déclassée et n’ait donc plus d’existence officielle, on retrouve encore aujourd’hui certaines portions de cette route mythique, souvent bien indiquée par les panneaux et il est toujours possible d’en parcourir certaines portions.

Nous commençons par des parties très peu explorées, où les panneaux indiquent Old Route 66 et qui font donc partie du tracé initial des années 20. Elles sont faites de poussière et de pierres et sont longées par l’autoroute actuelle, qui a repris tout le trafic. On y roule lentement, on profite du temps et du paysage. Sur ce chemin (plus qu’une route), on voit passer un renard ou un coyote, trop rapide pour l’identifier avec certitude. On croise également quelques trucks, bien plus à l’aise sur ce type de terrain que notre voiture. Les quelques ponts qui parsèment la route semblent toujours dater de l’époque. On continue notre chemin… jusqu’à tomber nez à nez avec un troupeau de vaches qui le bloque ! La plupart s’écarte, mais l’une d’elle nous fixe, puis se dirige vers nous lentement mais sûrement. On engage la marche arrière et on s’écarte doucement (mais sûrement aussi 😉) et elle finit par quitter la route.

On reprend ensuite l’autoroute et on ressort à plusieurs endroits indiqués Historic Route 66. Ouf, celles-ci sont revêtues et datent plutôt d’un des remaniements du tracé. La route passe par des villages et des anciennes villes éteints, il y a des restes de pompes à essence, de motels, de restaurants et de commerces qui ont fermé et qui semblent avoir été abandonnés en l’état. On voit aussi des carcasses de voitures (dont certaines très anciennes et probablement de collection) dans des états terribles… On comprend assez vite que la création d’une voie rapide, plus neuve, plus pratique, plus en ligne droite a dévié le trafic qui passait par là et a ainsi mis à l’arrêt tout ce commerce qui s’était développé autour de cette route.

Heureusement, il reste d’autres portions de l’Historic Route 66. Ces derniers miles sont très bien préservés et de nombreuses enseignes affichent fièrement des néons estampillés Route 66. De nombreuses communautés essaient de maintenir au maximum le prestige de cette route et s’efforcent de relancer le tourisme autour de celle-ci.

On s’arrête à un petit musée contenant une collection de vieilles voitures et de goodies à l’effigie de la Route 66. Nous en avions lu du bien, mais il s’avère être un peu décevant et ne pas vraiment valoir ses 5$ (par personne) d’entrée, surtout après la collection impressionnante que nous avions vue, gratuitement, à Elisabethtown.

Après cette petite visite, nous arrivons à Albuquerque, au Nouveau-Mexique. Cette journée sur cette route mythique nous a ravi autant qu’elle nous a surpris ! La Route 66 a toujours été un rêve pour nous et de l’avoir parcourue en partie nous donne envie d’en voir encore plus ! 😊

Jour 206

Après une bonne nuit de sommeil, nous nous réveillons donc à Albuquerque. Il fait une dizaine de degrés, mais le soleil est bien présent et il n’y a pas de vent : une belle journée à la découverte de la ville où a été tournée la série Breaking Bad.

Nous voici en route sur les traces de Walter White et Jessie Pinkman ! Mais notre petite balade d’exploration démarre par deux curiosités qui n’ont rien à voir avec la série : la Spaceship House et le bâtiment où les premières lignes de BASIC (langage de programmation) ont été écrites par Bill Gates et Paul Allen, donnant vie un peu plus tard à cette petite entreprise d’informatique connue sous le nom de Microsoft 😉

On démarre ensuite notre visite thématique de la journée en passant par Rebel Donuts ! Ils font des donuts Breaking Bad, bleus et avec les petits cristaux de sucre qui imitent ceux de la série. On en prend un évidemment et on craque pour 3 autres : le spécial du jour, un cochon (c’est la journée internationale du cochon), un Homer Simpson (blanc classique avec des granulés colorés) et un donut allongé Bacon – sirop d’érable. On les mangera tous les 4 sur la journée, mais inutile de vous dire qu’ils étaient INCROYABLES ! Vraiment délicieux !

ATTENTION : il y a un spoil majeur dans le prochain paragraphe. Saute le paragraphe si tu n’as pas fini la série.

J’ai vu la série, je veux lire le paragraphe

On continue notre balade en allant du côté du vieux quartier historique. Il est magnifique, il y a une douce ambiance à se balader dans les rues bordées de maisons en adobe au style mexicain (qui sont des magasins ou des restaurants en grande partie), où des piments pendent pour sécher et où il y a des petites placettes cachées où il doit faire bon s’assoir en été pour un verre. En plus le soleil est bien là ce qui rajoute vraiment une belle touche à l’ambiance.

On arrive à la confiserie The « Bad » Candy Lady qui vend des bonbons dans des petits sachets qui rappellent ceux utilisés comme « drogue » dans la série. Mieux que ça, c’est cette confiserie qui a été approchée par l’équipe du film, qui a proposé cette version et qui a produit la quantité nécessaire au tournage des deux premières saisons. On repart avec un gros paquet de bonbons aux fruits et notre petit sachet, emballé dans un autre sachet en papier et avec une carte du magasin pour ne pas qu’il y ait de confusion. En plus d’être stylé, c’est super bon !

On termine notre visite par le fameux restaurant Los Pollos Hermanos ou plutôt Twisters dans la vraie vie qui est bien un restaurant. On y rentre et il y a plein d’éléments qui se rapportent à la série : un dessin du logo de Los Pollos Hemanos est resté sur le mur, des photos et signature des acteurs et de l’équipe de tournage, un décor pour se mettre dans la peau des personnages pour faire une photo… Ils ne vendent pas de poulet, comme dans la série mais font plutôt des burritos. On trouve quand même un burger de poulet, accompagné d’un milkshake banane-fraise… et c’est l’un des meilleurs burgers qu’on ait mangé jusqu’ici !

On quitte Albuquerque, on a de la route pour arriver à Flagstaff, on passe par la Route 66 évidemment ! Elle traverse des paysages désertiques qui ont servi à la série aussi. A quelques endroits, il y a des vieux mobilhomes qui rappellent vraiment celui de Walter. Ici, il fait encore bien froid !

Toutes les photos de l'article et bien plus !

Où ça s'passe ?